Entete
 
 
  Nouvelles et communiqués  



Les Acadiens à l’honneur à Verdun


par Sophie Poisson


Gracieuseté L'an dernier, Pauline Carbonneau était déjà de la fête aux côtés
de Stéphan Bujold qui était à l'époque président de la Fédération acadienne
du Québec et de son vice-président, Sylvain Gaudet qui a depuis pris sa place.


La Fête nationale des Acadiens sera organisée le 12 août à Verdun. La journée se déroulera
sous l’égide de la Fédération acadienne du Québec et du Mouvement social madelinot.
Les célébrations débuteront avec une messe à l’Église Notre-Dame-des-Sept-Douleurs
célébrée par le père Maurice Comeau de Laval, un Acadien originaire de la Nouvelle-Écosse.
Plusieurs chants acadiens seront entonnés, comme en ouverture Viens voir l’Acadie et en
clôture l’hymne national Ave Maris Stella. Le tintamarre acadien prendra ensuite la place à
partir de l’église jusqu’au parc des Madelinots. «C’est une tradition qui vient du Moyen-Âge
pour, comme les casseroles, se faire reconnaître», explique Mme Carbonneau. Sur place,
les participants pourront se ravitailler, les musiciens pourront prendre le relais et les chanteurs
pourront également être accompagnés au piano. Le local du Mouvement social madelinot
sera aussi ouvert et un coin historique sera entre autres installé pour revoir l’évolution des
Acadiens et des Madelinots.Caractère historique l’an dernier, un hommage était rendu à
l’Acadien Monseigneur Joseph-Arsène Richard qui a été le curé fondateur de la paroisse
Notre-Dame des-Sept-Douleurs en 1899 et qui est l’un des cofondateurs de l’Hôpital de Verdun.
«On va continuer cette année parce que vers 1915, il avait organisé des célébrations à Verdun,
rapporte Pauline Carbonneau qui organise cette année l’événement avec Jules Boudreau.
On s’est dit que ce serait intéressant si Verdun devenait l’endroit où elles se déroulent sur l’île
de Montréal parce que c’est l’arrondissement qui a le plus d’histoire acadienne.» La proximité avec
l’eau et le développement des transports en commun sont des aspects qui ont favorisé l’arrivée des
Acadiens à Verdun, tout comme le travail. «Monseigneur Richard favorisait l’établissement des Acadiens.
Quand il a fondé son hôpital, dans les statuts, il était stipulé que le personnel infirmier devait être
bilingue. Les Québécois avaient fait leurs études en français uniquement et les Ontariens en anglais,
donc il a préféré chercher ceux qui avaient étudié au Nouveau-Brunswick.» L’intention de la
Fédération acadienne du Québec et du Mouvement social madelinot est de donner une portion
historique à l’événement. Chaque année, le portrait d’un Acadien qui a contribué au développement
de l’arrondissement serait mis en avant et pour cette édition, ce sera Joseph-Philippe Dupuis.
Né en 1877 à St-Chrysostome dans le comté de Châteauguay, il s’est installé à Verdun en 1910 où il est
devenu marchand de bois et quincaillier, avant d’être élu maire en 1925, puis échevin en 1929. Il est aussi
connu pour être l’un des fondateurs de l’Hôpital de Verdun.

La journée débutera à 11h avec la messe à l’Église Notre-Dame des-Sept-Douleurs (4145, rue Wellington).